Estime de soi: Soignez-la, elle vous le rendra!

L’estime de soi est un pilier du bien-être personnel. De nombreuses études révèlent le caractère essentiel de cette prédisposition à être bienveillant envers soi-même pour se sentir acteur de sa vie.

Le manque d’estime de soi est une problématique souvent présente dans les séances de coaching personnel ou professionnel. Même si cette question est rarement relevée de manière consciente par le client, elle peut se trouver mêlée à la problématique qu’il amène en consultation.

 Prendre le temps d’explorer cet état intérieur et de travailler dessus si besoin, permet d’assainir l’environnement « intérieur » du client et de désamorcer certains blocages liés au déficit d’estime pour pouvoir avancer sereinement dans la vie.

 

Mais au fond c’est quoi l’estime de soi ?

L’estime de soi est une attitude intérieure qui nait de la bonne opinion que l’on a de soi et de sa valeur. Avoir de l’estime pour soi, consiste à être capable de pouvoir porter un regard sur soi qui colle au plus près de la réalité.

Il est souvent frappant de constater l’écart qu’il y a entre ce que le coaché pense de lui et de ses capacités, et sa valeur réelle.

Tout au long de la vie, cet écart évolue et peut parfois se creuser lorsqu’il est alimenté par des schémas de pensées rigides issus de notre vécu, qu’on appelle « croyances limitantes ». Ces croyances sont issues d’un mauvais traitement de l’information. On parle là de « distorsions cognitives ». C’est une erreur d’interprétation de la réalité qui nous conduit à des conclusions hâtives et fausses qui contribuent à détériorer ce que nous pensons de nous.

La bonne nouvelle c’est que ces mécanismes intérieurs peuvent être révisés. En réconciliant les deux schémas de pensée suivants :  ce que vous pensez être et ce que vous voudriez être. 

 

Comment faire pour pallier au manque d’estime de soi ?

Prenons l’image d’un programme informatique qui a besoin d’être réparé.

Je vous propose de faire un travail en 3 étapes :

  1. S’accepter, un « reboot »
  2. Se (re-)connaître : un « update »
  3. Se projeter dans le futur avec votre version « 2.0 »

L’outil psychologique que l’on utilise ici est le recadrage. C’est une prise de distance par rapport à ces mécanismes intérieurs dépréciatifs qui « grippent » notre estime de soi et une reprogrammation des informations qui ont été mal codées.

Le « reboot » : Faites redémarrer votre système

La première étape consiste à s’accepter. C’est-à-dire, commencer par explorer le langage interne qui vous habite, notamment vos croyances. Celles qu’on appelle «limitantes», qui vous bloquent et qui contribuent à entretenir une mauvaise estime de vous. Elles se manifestent, comme des petits « bugs » dans votre dialogue interne qui affectent votre programme tout entier. Ce dialogue interne peut parfois être si fort qu’il impacte négativement vos actions et interactions et vous freine lorsqu’il s’agit de prendre une décision ou de passer à l’action.

Vous l’entendez parfois ? Cette petite voix à l’intérieur de vous qui vous dit :

« Tu es nul, tu as raté cet examen !»

« De toute façon, tu n’as JAMAIS été capable de tenir durablement une relation. »

« Les études ça n’a JAMAIS été ton truc, il vaut mieux que tu t’arrêtes là. »

« Tout ce qui t’es arrivé de bien, c’est UNIQUEMENT grâce à la chance ! »

« Tu verras, ça se passe TOUJOURS comme ça… »

Comment fixer ces « bugs » et stopper cette petite voix ?  En confrontant ses conclusions négatives et en décortiquant son mécanisme de dépréciation.

Posez-vous les questions suivantes :

  • Quelles sont les preuves qui corroborent cette affirmation/croyance ?
  • Quels sont les contre-exemples à cette croyance. « Ça n’a pas toujours été comme ça…parce que… »
  • De quoi me protège cette croyance ?
  • Est-elle toujours d’actualité ?
  • A-t-elle vraiment une utilité aujourd’hui ?
  • Si elle s’avérait correcte, quels avantages aurais-je à l’accepter ? Qu’est-ce que ça changerait ?

Dépersonnalisez l’expérience négative dont la croyance est issue. Par exemple, « C’est l’examen qui n’a pas été une réussite, mais moi je ne suis pas nul!».

Renforcez cette étape en engageant un dialogue avec vous- même, comme si vous étiez votre meilleur(e) ami(e). Que vous dirait-il (elle) pour vous encourager ?

Grâce à cette première étape, vous affaiblissez le pouvoir et l’influence qu’a cette petite voix sur votre dialogue interne et modifiez le regard que vous portez sur certaines situations et événements.

L’update : Mettez à jour vos informations  

Une bonne connaissance de soi est un véritable socle pour construire un cadre d’actions en cohérence avec soi-même, dans un climat de confiance et de bienveillance.

Dans cette étape, ce sont cette fois-ci, les croyances « aidantes » que nous allons mettre en évidence qui influenceront positivement votre dialogue interne.

A travers une exploration de votre parcours, vous faites un état des lieux de vos forces et faiblesses et revisitant les étapes importantes de votre vie. Cet exercice vous permet d’ajuster au plus près de la réalité la vision que vous aurez de vous-même et votre vraie valeur.

Vous aurez ainsi une vision claire et objective des ressources qui sont à votre disposition pour avancer.

Quelques questions à se poser :

  • Quelles ont été les grandes étapes de votre vie ?
  • Quelles sont les expériences qui vous ont le plus marqué ?
  • Quels talents vous ont accompagné tout au long de ce cheminement ?
  • Quelles sont vos plus belles réussites ?
  • Quelles difficultés avez-vous rencontrées ?
  • Qu’avez-vous fait pour les surmonter ?
  • Quels sont les compliments que vous recevez le plus de votre entourage ?

Cette exploration vous permet de faire un état des lieux de vos ressources et compétences personnelles en réactualisent votre « carte personnelle ». Le réalignement effectué entre les deux schémas de pensée (énoncés plus haut) permet à présent d’envisager sereinement la prise de décision et l’action.

Votre version 2.0 : Projetez-vous dans l’avenir

Comme un ordinateur reprogrammé, vous démarrez une nouvelle étape qui est celle de la vision de soi.

Gonflé(e) de ce nouvel élan d’énergie insufflée par les deux premières étapes, vous rentrez dans la dernière étape qui est celle de l’action et du changement. Vous détenez à présent les leviers pour prendre des décisions et vous mettre en mouvement dans le respect de votre personne.

Il est temps pour vous de vous fixer de nouveaux objectifs réalistes et réalisables et d’avancer en toute confiance, sans peur de l’avenir. Car l’estime de soi conditionne la croyance et nos capacités à réussir mais aussi en nos capacités à se remettre d’une expérience négative et à essayer encore…

C’est un cercle vertueux, plus vous êtes dans l’action et que vous prenez des décisions, plus votre estime sera votre meilleure alliée pour avancer…

Alors qu’est-ce que vous attendez ?

 

Par Bénédicte FORTIS LEMBO

 

 

 

 

 

 

Sources :

Rosette Poletti & Barabara Podds, Petit cahier d’exercices d’estime de soi », Ed. Jouvence,

2015

 

André Christophe, Clinique et pratique de l’estime de soi, disponible sur : http://christopheandre.com/estime_de_soi_2009.pdf

 

André Christophe,  L’estime de soi », Recherche en soins infirmiers, 2005/3 (N° 82), p. 26-30. Disponible sur  : http://www.cairn.info/revue-recherche-en-soins-infirmiers-2005-3-page-26.htm

 

Nicolas Sarrasin, Comment les distorsions cognitives détruisent notre estime de soi, disponible sur : http://www.nicolassarrasin.com/comment-distorsions-cognitives-detruisent-estime-de-soi

 

Frédéric Fanget, invité de l’émission radio « La tête au carré » France Inter, du 26 octobre 2016 sur le thème : Quelles sont les origines et les mécanismes du manque de confiance en soi.